^

Politique

Blanquer démission !

Des autotests périmés distribués aux enseignants : Blanquer toujours plus loin dans le mépris

Depuis quelques jours des professeurs partout en France se plaignent de la réception d’autotests périmés ou qui arrivent en fin de période de validité... Un nouveau scandale qui souligne le mépris du gouvernement pour les travailleurs de l’éducation nationale.

vendredi 28 janvier

Crédit photo : AFP

Alors qu’ils attendent depuis des mois les autotests promis par le gouvernement, des professeurs ont dénoncé cette semaine la réception d’autotests périmés ou en fin de date de validité... un nouveau scandale qui révèle non seulement le mépris de ce gouvernement pour les travailleurs de l’éducation nationale, mais également la gestion chaotique et criminelle de la crise sanitaire dans les écoles. Ce scandale n’est d’ailleurs que le dernier d’une longue liste : un protocole sanitaire vide de mesures sérieuses envoyé par Blanquer depuis Ibiza la veille de la rentrée sur un article payant, envoie de masque toxique, pénurie de tests....

« Cela fait des mois qu’on demande des autotests, sans avoir de réponse et là, en catastrophe, on reçoit des boîtes bientôt périmées. Cela alimente le sentiment que nous sommes méprisés par le ministère » explique Sophie Venititay, sécrétaire générale SNES-FSU pour FranceInfo. Dans un communiqué de réponse le gouvernement cherche à se défendre et tente de rejeter la faute sur le rectorat qui aurait mal redistribué les boîtes d’autotests qui auraient été délivrées entre « avril et mai 2021 » et dont l’état de péremption « était compris entre janvier 2022 et avril 2023 ».

Quoi qu’il en soit, passé la date de péremption, ces autotests ne sont plus fiables et donc sont bons à jeter. Alors que les travailleurs de l’éducation nationale font face à une énorme vague de contamination Covid-19, sans protocole sanitaire décent et sans moyens supplémentaire cette nouvelle “erreur” du ministère alimente la colère grandissante des personnels de l’éducations nationale qui sont déjà à bout après 2 ans de crise sanitaire.

Face au mépris de ce gouvernement et à sa gestion erratique de la crise sanitaire, il est plus que jamais l’heure pour les travailleurs de l’éducation nationale de poursuivre la construction d’une mobilisation par en bas (dans la lignée de la mobilisation historique du 13 janvier), sans se calquer sur l’agenda des bureaucraties syndicales qui n’appellent qu’à des dates isolées. Il faut en effet forger un véritable plan de bataille, qui s’appuie sur une auto-organisation par en bas, c’est-à-dire sur les professeurs, les parents, et l’ensemble des personnels de l’éducation nationale et des soignants qui sont les seuls à pouvoir véritablement prendre en main leurs affaires !



Mots-clés

Covid-19   /    Crise sanitaire   /    Education nationale    /    Jean-Michel Blanquer   /    Politique