^

Politique

Malgré la répression d'Etat !

Des milliers de manifestants ce samedi : la mobilisation continue en Guadeloupe

Après deux semaines de grève et de blocages, des manifestations ont réuni des milliers de personnes en Guadeloupe samedi. Alors que le ministre des Outre-mers est arrivé en Guadeloupe dimanche, la mobilisation continue malgré les manoeuvres et la répression.

lundi 29 novembre 2021

Crédits photo : capture d’écran Twitter

En Guadeloupe, le mouvement se maintient après deux semaines de mobilisations et malgré la répression de l’Etat. Depuis le 15 novembre, des grèves et des blocages impactent fortement l’activité de l’île dans le cadre d’une mobilisation contre l’autoritarisme sanitaire du gouvernement, la vie chère et les problèmes structurels qui affectent la Guadeloupe.

Samedi, plusieurs milliers de personnes étaient mobilisées à Pointe-à-Pitre et aux Abymes dans le cadre du mouvement, à l’appel des « mouvman kiltirel », groupes de carnaval militants proches du LKP comme Akiyo, et d’organisations du LKP. D’après France Info, qui parle d’une « démonstration de force », ce sont près de 6.000 manifestants qui ont défilé derrière les musiciens guadeloupéens.

Une mobilisation importante comme le démontrent les images publiées sur les réseaux sociaux. Si de nombreuses pancartes contre l’autoritarisme sanitaire étaient présentes dans la manifestation – « répressions sanitaires non merci », « la Guadeloupe vous dit non », « Liberté » - la manifestation a été également l’occasion d’aborder les questions plus larges soulevées par le mouvement, alors que la plateforme programmatique du LKP va de la question de l’autoritarisme sanitaire à des revendications sur les salaires, minimas sociaux ou sur la question du chlordécone.

Une mobilisation qui vient remettre en cause le discours du gouvernement qui tente de faire du mouvement le fait d’une toute petite minorité ultra-radicale, comme l’ont pointé certains organisateurs. Une manifestation réussie qui appelle à continuer à chercher à étendre le mouvement.

Dans le même temps, le ministre des Outre-mers est arrivé en Guadeloupe ce dimanche et entend amener les organisations sur le terrain du « dialogue », en promettant quelques miettes dans la continuité des mesures déjà annoncées telles que le report de l’obligation vaccinale pour les soignants au 31 décembres ou 1000 emplois aidés pour les jeunes, mais également en manoeuvrant par l’ouverture de discussions sur « l’autonomie », qui ne figure pourtant pas dans les revendications du mouvement.

Alors qu’une rencontre est prévue à 9h15 ce lundi matin, le LKP conditionne pour l’instant ces négociations au fait que l’ensemble des organisations soient reçues et que puissent être abordées différentes revendications, non seulement contre l’autoritarisme sanitaire, mais aussi contre la vie chère, pour la libération des interpellés dans le cadre du mouvement ou pour l’embauche massive des jeunes. Une stratégie qui laisse ouverte la porte des négociations à l’heure où l’urgence devrait être de continuer à élargir la mobilisation, et ce d’autant que le mouvement continue également en Martinique.



Mots-clés

Martinique   /    Guadeloupe   /    mouvement ouvrier   /    Politique