^

Monde

Racisme d’Etat

Etats-Unis. Un juge compare un militant de Black Lives Matter aux terroristes du film Die Hard

Après avoir été arrêtés violemment pendant le mouvement BLM et trainés en justice pour avoir manifesté contre le racisme d’État, 5 militants de Détroit ont été comparés à des terroristes par un juge démocrate qui refuse d’abandonner les charges.

mercredi 25 mai

Deux ans après l’irruption du puissant mouvement contre le racisme et les violences policières, après la cooptation du Parti démocrate qui promettait que tout changerait en votant Biden, les procès contre les manifestants et les militants continuent. Ce lundi 23 mai, Tristan Taylor, co-fondateur de Detroit Will Breath (DWB) et membre de l’organisation révolutionnaire et anticapitaliste Left Voice, comparaissait au tribunal. Il avait été poursuivi pour avoir participé aux manifestations du mouvement Black Lives Matter (BLM) après les meurtres de George Floyd et de Breonna Taylor en 2020. De plus, il fait partie d’un groupe de militants, les 5 de Shelby, ayant été violemment arrêtés puis poursuivis pour avoir manifesté pour exiger que Robert Shellide, chef de la police de Shelby Township, à Détroit, soit viré.

Ces manifestations avaient eu lieu après que Shellide avait été démasqué comme l’auteur de remarques racistes particulièrement violentes sur les réseaux sociaux à l’encontre des militants du mouvement BLM : “Seigneur j’aurais aimé y être. Des sacs mortuaires pour ces sous-hommes vicieux” ou encore que “des vrais policiers pourraient s’occuper de ces barbares”. La police a férocement réprimé les manifestants qui dénonçaient Shellide et avec lui, plus globalement, les pratiques racistes de la police de Shelby Township et des Etats-Unis.

En effet, Shellide n’est pas un cas isolé, et les affaires de racisme sont monnaie courant dans la police de Shelby. C’est le cas de Kanwarbir Malhi, assassiné en 2018 par la police, alors que sa mère avait signalé sa disparition et avait précisé qu’il avait des problèmes de santé mentale. Le meurtre avait été “justifié” par le fait que Malhi n’avait pas obtempéré à la demande de mettre ses mains en l’air, alors qu’il était dans une voiture et avait ses mains en évidence. La procureure générale Dana Nessel du Parti Démocrate avait estimé que les tirs étaient justifiés.

Dans l’affaire des 5 de Shelby, Peter Lucido, procureur du comté de Macomb, affilié au Parti Républicain, a proposé à Taylor et aux 4 autres militants poursuivis de plaider coupable en faveur d’une accusation de délit mineur de coups et blessures sur un officier de police, alors même que ce sont eux qui ont été agressés par la police. Ce même procureur est connu pour des faits problématiques puisqu’une enquête réalisée lorsqu’il était sénateur d’Etat avait montré qu’il avait eu des “comportements inappropriés sur son lieu de travail” après que plusieurs femmes ont dit avoir subi du harcèlement sexuel. Il avait également dit à une reporter devant un groupe de lycéens “vous pourriez bien vous amuser avec ces garçons, ou ils pourraient bien s’amuser avec vous”.

Au procès de ce lundi, le juge Servitto, du Parti Démocrate, a rejeté une motion visant à annuler les charges criminelles à l’encontre de Taylor. Il a également avoué ne pas avoir examiné la preuve vidéo d’une mention de l’avocat de Taylor qui stipulait que ce dernier n’avait eu que 3 secondes pour s’exécuter avant d’être arrêté. C’est après que le juge s’est mis à évoquer le film "Die Hard" avec Bruce Willis, comparant la manifestation à l’apogée du film et Taylor aux méchants du film : un groupe de terroristes. “Quelle que soit leur formule sur le caractère démocratique de cette nation est démocratique [...] en vérité, quand il s’agit d’un homme noir arrêté pour avoir protesté contre le racisme, un juge aux États-Unis d’Amérique compare cet incident de quelqu’un essayant de désamorcer une situation à un scénario avec des terroristes tiré d’un film des années 80” a déclaré Taylor.

Après le procès, Georges Washington, l’avocat de Taylor, a déclaré : “C’est un nouveau coup bas dans la gestion des manifestations. J’ai vraiment eu affaire à des centaines, des milliers de manifestations dans ma vie, et je n’ai jamais rien vu de tel. [...] Ce qu’ils veulent faire, c’est imposer des condamnations pour que personne ne revienne jamais à Shelby Township. Ils ont leur ville blanche et propre, assise là-bas sur une colline, qui n’a pas à faire face à Detroit. [...]”.

Face au gouvernement soi-disant progressiste du Parti Démocrate qui est le garant essentiel du maintien du racisme d’État aux Etats-Unis et qui avance main dans la main avec son pseudo parti “d’opposition”, républicain, lorsqu’il est question de réprimer les minorités et les militants, il faut continuer à s’organiser pour lutter ! Nous apportons tout notre soutien à Tristan Taylor et à tous les militants anti-raciste réprimés. Nous appelons aussi un maximum de personnes à signer la pétition lancée pour faire abandonner les charges contre les 5 militants poursuivis en justice et tous les militants anti-racistes de Shelby !



Mots-clés

Joe Biden   /    Racisme d’État   /    Anti-racisme   /    #BlackLivesMatter   /    #JusticeDeClasse   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Monde