^

Politique

Présidentielles

Gaëtan Gracia, porte parole d’Anasse Kazib, en débat avec Bompard (FI) et Thévenot (LREM) à Science Po Toulouse

Ce jeudi 24 février, Gaëtan Gracia, ouvrier dans l’aéronautique et militant à Révolution Permanente, participera à un débat dans le contexte des présidentielles 2022, avec Manuel Bompard (France Insoumise) et Prisca Thévenot (LREM). L'événement, organisé par l'association AGORA, se déroulera à Sciences Po Toulouse.

lundi 21 février

Ce jeudi 24 février, Gaëtan Gracia, ouvrier dans l’aéronautique et militant à Révolution Permanente, participera à un débat dans le contexte des présidentielles 2022, avec Manuel Bompard (France Insoumise) et Prisca Thévenot (LREM). L’événement, organisé par l’association AGORA, se déroulera à Sciences Po Toulouse.

Trois porte-paroles de candidats à la présidentielle débattrons autour de leur programme, pour ensuite laisser place à un échange avec le public. Gaëtan Gracia représentera Anasse Kazib (Révolution Permanente) et sera face à Manuel Bompard, eurodéputé et porte-parole de la France Insoumise ainsi que Prisca Thévenot, ex-candidate aux législatives de Stains et désormais porte-parole de la République en Marche pour représenter le gouvernement.

Gaëtan Gracia, ouvrier dans la sous-traitance aéronautique aux Ateliers de Haute-Garonne, est devenu l’une des figures ouvrière du secteur. Dans son usine, il a notamment créé avec ses collègues une section CGT, et ce alors qu’il n’y avait plus de syndicat dans cette entreprise depuis plusieurs décennies. En plus de la création d’un syndicat, une augmentation de 10% des salaires a été arrachée après une grève victorieuse.

Cette rencontre aura lieu le 24 février à 18 heures à l’Amphithéâtre MB2. L’événement étant restreint, une billetterie à été mise en place. La conférence pourra aussi être suivie en live via la page Facebook de Révolution Permanente Toulouse.

Anasse Kazib 2022 : une candidature subversive que le régime tente d’invisibiliser

La candidature d’Anasse Kazib est une candidature révolutionnaire et ouvrière qui vise à représenter tous les travailleur.euse.s, la jeunesse et les quartiers populaires, et à porter la voix de toutes les luttes anti-racistes, anti-impérialistes, féministes, et LGBT dans ces élections.

En plus de la barrière antidémocratique des 500 parrainages, qui est un frein pour l’ensemble des petits candidats qui osent participer à cette course ; la candidature d’Anasse Kazib fait l’objet de multiples attaques racistes de la part de l’extrême droite et subit une invisibilisation médiatique flagrante. En effet, malgré le dépassement de la barre des 120 parrainages, le temps d’audience d’Anasse Kazib et ses représentants selon les statistiques du CSA a été calculé à 3m12, sur la période du 1er janvier au 13 février. Soit moins de temps de parole que tous les petits candidats, dont ceux qui comptabilisent moins de parrainages. Un ancien candidat comme Philippot qui détient un seul parrainage a eu le droit lui à 2h d’intervention médiatique, de même pour Taubira qui avec seulement 84 parrainages a eu droit à plus de 17 heures d’antenne. Et cela sans parler de Zemmour qui sur tous les plateaux télé depuis des mois, avant même d’avoir déclaré sa candidature. Cet effacement des médias prouve à quel point cette candidature est subversive. La régime refuse à tout prix de laisser s’exprimer un ouvrier des quartiers populaires et issu de l’immigration, qui porte des idées révolutionnaires. Ce traitement discriminatoire, qui relève au grand jour le club privé que sont les élections présidentielles, a poussé le candidat de Révolution Permanente à saisir le CSA. Nous invitons tous ceux qui trouvent ce traitement inégal injuste à se saisir de cette dénonciation démocratique, pour qu’un travailleur issu de l’immigration puisse avoir sa place dans ces présidentielles marquées par des discours réactionnaires et des programmes anti-sociaux.

Plus récemment, des pressions de la police se sont ajoutées au tableau. Anasse Kazib a été convoqué au commissariat et le parquet s’est auto-saisi pour ouvrir une enquête pour « faits d’organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration ». Une véritable intimidation politique !

Contre cette invisibilisation, la réunion-débat de ce 24 février sera donc une occasion d’entendre la voix et le programme que les institutions de la Vème république s’efforcent à écarter. A l’approche des présidentielles, le débat permettra de confronter notre programme révolutionnaire au programme d’une représentante directe du gouvernement sortant, et ce après cinq ans d’attaques et de politiques austéritaires et autoritaires. Le débat avec Manuel Bompard sera aussi l’occasion de comprendre plus en profondeur les différences entre notre projet et celui de la France Insoumise.

Les thèmes de la jeunesse, de la précarité ou encore du pouvoir d’achat seront au centre du débat. Des sujets qui sont aussi au cœur du programme d’Anasse Kazib, et que l’on a hâte de débattre publiquement !



Mots-clés

Présidentielles 2022   /    Anasse Kazib   /    LREM   /    Toulouse   /    Politique