^

Monde

Ouvrez les frontières !

Melilla. Des milliers de migrants sévèrement réprimés à la frontière espagnole

Depuis quelques jours, des milliers de migrants tentent de franchir la frontière entre le Maroc et l’Espagne et sont accueillis avec une répression féroce dans une ambiance chaotique. Pendant que les dirigeants de l'UE jouent les humanistes, cette situation rappelle la réalité du traitement des migrants.

lundi 7 mars

Photo : Capture vidéo twitter

Depuis le 2 mars, plus de trois mille personnes ont tenté de sauter la barrière de Melilla, territoire espagnol enclavé sur la côte marocaine. Trois fois plus nombreux que sur l’ensemble de l’année 2021, il s’agit donc de l’une des plus grandes tentatives de franchissement de la frontière hispano-marocaine. De nombreuses images des violences de la part de la Garde civile et la Police nationale espagnole ont été publiées sur les réseaux sociaux, témoignant de l’inhumanité avec laquelle l’Union européenne accueille ces migrants venus d’Afrique.

À la répression, s’ajoutent les conditions de détention dans les CETI (centre de rétention temporaire des migrants) à nouveau débordés. Les quelques migrants qui parviennent à franchir la frontière sont maintenus dans des conditions de surpopulation dans ces véritables prisons pour migrants. S’ajoutent à cela les « retours à chaud », ces renvois des migrants sur le territoire marocain direct sans contrôle judiciaire, censé être interdits par la législation espagnole.

Le traitement de la population subsaharienne qui cherche à fuir les conflits et la misère met en lumière tout le racisme sous-jacent des gouvernements de l’Union européenne et des pays occidentaux. Face à la guerre en Ukraine, l’ouverture et la volonté de toute la sphère médiatico-politique d’accueillir les réfugiés ukrainiens n’est qu’une façade quand on voit la différence de traitement entre les migrants fuyant l’invasion russe et ceux des pays du sud.

Face à ce tri raciste des populations aux frontières, seule une voix internationaliste apporte des solutions. Il faut d’urgence refuser de distinguer les migrants et les accueillir toutes et tous dignement en ouvrant les frontières et en régularisant tous les sans-papiers. Mais il faut aussi une politique résolument anti-impérialiste qui permette de résoudre les problèmes à l’origine de cette même immigration. L’extrême pauvreté et les guerres crées par des rivalités entre puissances en sont à l’origine, il faut donc refuser la guerre et prôner l’auto détermination des peuples en indépendance de l’OTAN comme des puissances réactionnaires à l’image de la Russie en Ukraine. La nécessité de mettre fin aux conflits et interventions nationalistes et impérialistes à l’origine de migrations est évidente, et l’ouverture des frontières pour toutes et tous est maintenant une urgence. Non à la guerre, et toute notre solidarité soutien aux immigrés de tous les pays.



Mots-clés

Répression policière   /    Migrants   /    Violences policières   /    Immigration   /    Monde