^

Du Pain et des Roses

Lise Vogel, Danièle Kergoat, Assa Traoré, Adèle Haenel…

Tribune. Des personnalités féministes soutiennent la lutte pour l’avortement légal aux États-Unis !

La pétition internationale, à l'initiative des groupes féministes marxistes révolutionnaires Du Pain et des Roses dans différents pays, a recueilli plus de 200 signatures en Argentine, en France, aux États-Unis, en Espagne, en Italie et ailleurs, dont celles de nombreuses personnalités féministes.

jeudi 26 mai

« Pas un pas en arrière ! Solidarité internationale pour le droit à l’avortement aux États-Unis » est le titre de cette déclaration qui dénonce l’arrêt Roe v Wade qui « signifiera un pas en arrière historique contre le droit des femmes et des personnes ayant la capacité de porter des enfants de disposer de leur propre corps. Cela affectera particulièrement les femmes les plus pauvres, les femmes noires, latines, migrantes et autochtones. »

Le texte rappelle que cette décision réactionnaire « incombe désormais à la Cour suprême, à majorité conservatrice ». Mais que le parti républicain « attaque depuis longtemps ce droit » et que le parti démocrate a refusé de voter la légalisation de l’avortement « chaque fois qu’il disposait d’une majorité législative ». Par conséquent, les signataires déclarent : « Ces dernières années, des féministes de différents pays se sont mobilisées dans le cadre de la « marée verte » en Argentine et en Amérique latine, pour le droit à l’avortement en France et en Irlande, dans des grèves de femmes et dans des mobilisations contre la violence machiste et homophobe dans de nombreux pays. Parce que nous savons que la seule façon de gagner tous nos droits est de se mobiliser dans les rues. »

Si vous n’avez pas encore signé cette déclaration, nous vous invitons à lire la version complète et à le faire ICI.

Parmi plus de 200 signatures, figure celle de Lise Vogel, théoricienne et militante féministe qui a écrit l’un des textes de référence sur la question du travail reproductif et de sa fonction dans le mode de production capitaliste. Le marxisme et l’oppression des femmes. Vers une théorie unitaire paru la première fois en 1983, et qui sera bientôt publié aux Editions sociales en octobre 2022, fait partie de ces travaux à l’origine de la théorie de la reproduction sociale.

Jule Goikoetxea, philosophe, écrivaine et militante féministe du Pays-Basque, connue pour ses positions indépendantistes et anticapitalistes, participe également à cette déclaration.

La politologue, féministe et antiraciste française, Françoise Vergès, fait également partie des signataires. L’un de ses derniers ouvrages, Un féminisme décolonial paru en 2019, s’ouvre sur la victoire de la grève des travailleurs.es d’ONET. La victoire contre l’entreprise de nettoyage, sous-traitant de la SNCF, permet à Françoise Vergès de démontrer la combinaison de la racialisation, de la féminisation, de l’exploitation, de l’invisibilisation, et des violences sexuelles et sexistes à l’œuvre dans le secteur du nettoyage. Cet exemple permet d’illustrer ce qu’elle appelle un « féminisme civilisateur du XXIe siècle », propre aux pays impérialistes comme la France.

Depuis la France, un ensemble d’autres personnalités intellectuelles ou/et militant.es féministes ou/et du mouvement LGBT ont exprimé leur solidarité internationaliste, telles que Danièle Kergoat (sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS), Jules Falquet (sociologue et militante féministe), Ludivine Bantigny (historienne), Laurence De Cock (historienne), Mathilde Larrère (historienne), Sylvie Tissot (sociologue), Pauline Clochec (Enseignante-chercheuse en philosophie, militante lesbienne et anarchiste), Eric Fassin (sociologue), Nacira Guénif (sociologue), Fanny Gallot (historienne et syndicaliste), Thierry Schaffauser (militant, travailleur du sexe, syndicaliste au strass) ou encore Didier Lestrade (Journaliste, écrivain, co-fondateur d’ACT UP Paris).

Assa Traoré, militante antiraciste, féministe, figure du mouvement Justice Pour Adama, a aussi joint sa signature en soutien à celles et ceux qui combattent les politiques réactionnaires aux Etats-Unis.

La déclaration a également été signée par des personnalités du monde du cinéma et du théâtre comme Céline Sciamma (scénariste et réalisatrice), Gisèle Vienne (chorégraphe et metteuse en scène) mais aussi Adèle Haenel, comédienne et actrice, connue pour ses prises de positions sur les questions de violences sexistes et sexuelles, et sur le féminisme plus en général.

Cette dernière a été solidaire de la pré candidature d’Anasse Kazib à la présidentielles 2022, et a participé à une émission de Révolution Permanente « Faire face à Macron 2 et au renforcement de l’extrême-droite » aux côtés notamment de Kaoutar Harchi, sociologue, et de Sasha Yaropolskaya, militante transféministe et membre fondatrice de XY Media, également signataires de la déclaration.

Des organisations ou/et associations féministes françaises telles que Nous Toutes, Alerta Feminista, Effigies, et Du pain et des roses, ont soutenu aussi cette déclaration en solidarité avec nos sœurs qui luttent aujourd’hui aux Etats-Unis.

Depuis l’Argentine, il y a eu de très nombreuses signatures de nos camarades de Pan y Rosas, l’équivalent de Du pain et des roses en Argentine, de dirigeant.es syndicaux, de militant.es étudiant.es, de députées, intellectuelles du Parti socialiste des travailleurs (PTS), dont celle de la députée nationale Myriam Bregman, connue pour sa lutte contre l’impunité du génocide de la dernière dictature militaire.

Enfin, de nombreux camarades de Révolution Permanente, dirigeants syndicaux comme Anasse Kazib, militantes syndicales comme Laura Varlet (cheminote et syndicaliste à Sud Rail) ou Marie-Laure Charchar (secrétaire CGT Blanchisserie CHU de Bordeaux), des militant.es étudiants du Poing Levé, des militantes à Du Pain et des Roses, ont soutenu et milité la déclaration dans leur secteur et leurs universités.



Mots-clés

Mouvement féministe   /    Avortement   /    Féminisme    /    IVG   /    Etats-Unis   /    Du Pain et des Roses