^

Société

Répression

Violence policière. Scènes de guerre dans la "jungle" de Calais

Marc Rajman Dans la nuit du 2 novembre, les réfugiés ont subi des violences policières qui, bien que d'une étonnante brutalité,sont en réalité chose commune à Calais. En effet c'est aux alentours de 21 h que tout a débuté : les réfugiés ont été violemment attaqués par les CRS pour des raisons encore inconnues, il s'agit sans doute d'une opération coup de poing parmi tant d'autres. Rappelons d'ailleurs qu'il y a quelques mois la police des polices avait ouvert une enquête concernant les agissements de policiers à motos qui contraignaient les réfugiés à sauter par-dessus les rambardes de l'autoroute en mimant de leur foncer dessus à pleine vitesse. Ce genre de pratiques violentes sont régulièrement rapportées par les réfugiés eux-mêmes, mais ne sont pas relatées par les médias locaux qui préfèrent généralement interviewer Marine Le Pen, dans un souci de vente et de profit ! En effet,pour les médias dominants,la démagogie payera toujours plus que la réalité des faits !

jeudi 5 novembre 2015

Ainsi à 21 h l’attaque a donc débuté par des tirs de grenades lacrymogènes en direction du camp. S’en est suivie alors une riposte de la part de quelques réfugiés tandis que les autres, plutôt habitués à ce genre de scène, tentaient simplement de se reposer… Mais le vice ne s’arrête pas là puisque c’est plus de 20 grenades lacrymogènes qui ont été projetées sur le camp. Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs atterri dans la zone où dormait une partie de la communauté érythréenne (vidéo à 00:30), gazant ainsi des hommes, des femmes et des enfants en plein sommeil. La police finira par bloquer l’entrée principale de la « Jungle »de Calais aux alentours de 12h45 à l’aide d’environ 25 hommes.

Non, cette scène n’est pas exceptionnelle à Calais et se reproduit régulièrement, de même que les multiples rafles, arrestations violentes et arbitraires de la part des forces de police. Au quotidien, les migrants et migrantes sont durement réprimés et victimes de violences policières en tous genres, les militants et personnes solidaires vis-à-vis des migrants le sont d’ailleurs également !

La vidéo ci-dessous a été prise sur le camp au moment des faits. On y voit clairement l’extrême violence dont font preuve les forces de police au cours de ce qui est véritablement une prise d’assaut, aussi est-il important de comprendre que ces violences ont duré plusieurs heures, des grenades atterrissant sur le lieu de repos d’une partie de la communauté érythréenne..




Mots-clés

Société