×

Génocide

Famine, malnutrition, enfants morts : Israël affame la population palestinienne

Depuis quelques jours, des images de la famine provoquée par Israël en Palestine ont fait le tour d'internet. Une situation qui a entrainé la mort d'une vingtaine de personnes avec une majorité d'enfants.

Facebook Twitter
Audio
Famine, malnutrition, enfants morts : Israël affame la population palestinienne

Crédit Photo : Libertinus Creative Commons : Atribución

Lundi 4 mars, Yazan Al-Kafarneh âgé de 10 ans est mort de faim à Gaza. Sa mort a émue Internet et est devenue un symbole de l’horreur du génocide. Après plus de 150 jours, la situation dans la bande de Gaza a atteint un nouveau stade dans la terreur avec la famine causée par les bombardements israéliens.

Selon le ministère de la santé palestinien, plus d’une vingtaine de personnes sont mortes de faim depuis le début de semaine. Ce sont principalement des enfants, des bébés tout justes nés que leurs mères, déjà mal nourries durant la grossesse, n’arrivent pas à nourrir et qui meurent dans les hôpitaux de Gaza. Un enfant de moins de deux ans sur six souffre de malnutrition aiguë à Gaza à l’image de Yazan.

L’ONU avait déjà mis en garde sur cette situation de famine depuis le 18 octobre, juste une semaine après le début des attaques perpétrées par Israël. Ce jour, le porte-parole du Programme Alimentaire Mondiale (PAM) avait déclaré que la population de Gaza risquait de mourir de faim. Aujourd’hui, la situation est plus qu’alarmante. La population, soit 2,2 millions de personnes encore en vie, pour survivre nécessite les aides alimentaires, qui n’arrivent pas. En effet, à Gaza, depuis le début du blocus, presque aucune aide alimentaire n’a pu être livrée. Tout cela appuyé par des sionistes qui, à Rafah, se sont organisés pour entraver la route des convois d’aides. De ce fait les Palestiniens, en plus des 30 000 tués, sont en train de mourir de faim partout à l’intérieur de la bande de Gaza qui continue d’être un cimetière à ciel ouvert.

Depuis le début, l’État d’Israël bombarde de manière méthodique pour détruire tous les accès alimentaires. Déjà, le 28 octobre, les frappes aériennes avaient déjà détruit un cinquième des boulangeries en activités. Aujourd’hui il n’en reste plus aucune en activité. En décembre dernier, 22% des terres agricoles étaient déjà détruites. Un chiffre qui n’a pu que grandir avec la multiplication des offensives israéliennes.

Les ports, les usines, entreprises alimentaires, tout est en ruine, l’accès à l’eau potable est presque impossible. La famine est une réelle arme de guerre. Les Palestiniens sont maintenant contraints manger de la nourriture prévue pour les élevages d’animaux.

Les colis humanitaires sont de fait les seuls accès à une alimentation pour les Palestiniens, comme c’était déjà le cas avant les attaques. Mais déjà que les colis sont insuffisants, qu’une majorité n’atteigne pas le nord, l’armée israélienne profite de ces livraisons pour fusiller sans compter. C’est de cette manière que le 29 février près de 118 palestiniens sont morts et que 780 ont été blessés lors d’une livraison de farine.

Du côté israélien, les morts et les destructions à Gaza sont célébrées dans la plus grande indécence à l’image de la ministre de l’Egalité Social sioniste May Golan, qui déclarait à la Knesset (parlement israélien) être « fière de voir Gaza en ruine ». L’État d’Israël est non seulement responsable des dizaines de milliers de morts par les bombardements, mais aussi par les conséquences matérielles du génocide dont la famine est la pointe avancée.

Cette dernière, avec l’enchainement de maladies graves, n’est pas laissée au hasard et a bien été préparée par le gouvernement sioniste. Et ce ne sont pas les maigres aides humanitaires cyniques des pays impérialistes comme celui de la France qui finance et arme l’armée israélienne qui pourront y remédier.

Les images des massacres en Palestine abondent sur les réseaux sociaux et font prendre conscience de l’ignominie de l’État sioniste. Ce qu’il faut plus que jamais, c’est un mouvement large de solidarité avec la lutte de peuple palestinien pour exiger l’arrêt des offensives militaires et la libération de la Palestine !


Facebook Twitter
« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Point de situation. Où en est l'offensive génocidaire d'Israël à Rafah ?

Point de situation. Où en est l’offensive génocidaire d’Israël à Rafah ?

Kanaky : malgré la fin de l'état d'urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Kanaky : malgré la fin de l’état d’urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l'horreur du génocide

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l’horreur du génocide

Bombardements d'un autre camp de réfugiés à Rafah : l'horreur génocidaire continue

Bombardements d’un autre camp de réfugiés à Rafah : l’horreur génocidaire continue

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations