×

La bataille des retraites est lancée

Tous en AG, en grève et en manifestation le 19 janvier pour commencer à construire la reconductible !

Seul un large mouvement bloquant le pays pourra faire reculer le gouvernement sur sa réforme des retraites. Pour le construire, faisons du 19 janvier une première journée de grève et de mobilisation massive, qui permette de commencer à construire une reconductible entraînant l'ensemble des secteurs du monde du travail.

Paul Morao

13 janvier 2023

Facebook Twitter

Crédits photo : O Phil Des Contrastes

Mardi, Elisabeth Borne a présenté son offensive contre les retraites. Sans surprise, malgré les volontés de présenter la réforme comme « juste » et « équilibrée », c’est une attaque brutale qui se profile contre les travailleurs dans le cadre d’une contre-réforme centrale que le gouvernement est déterminé à imposer. Face à lui, l’intersyndicale CFDT – CGT – FO – UNSA – FSU – CFE-CGC – CFTC – Solidaires, la plus large depuis 2010, a répondu aux annonces en appelant à une première date de mobilisation. Dans un communiqué, elle appelle à « une première journée de grèves et de manifestations le 19 janvier 2023 » qui doit donner « le départ d’une puissante mobilisation sur les retraites dans la durée. »

Ce 19 janvier, il faudra donc être massivement en grève et dans la rue pour lancer la bataille des retraites. Alors que le gouvernement veut passer rapidement son attaque, seule une « puissante mobilisation » permettra de le faire reculer. Cette perspective effraie d’ailleurs déjà le gouvernement, qui n’a pas tardé à lancer sa propagande antigrève en expliquant, par exemple, que « la grève peut se passer sans blocage du pays » ou en dénonçant tout mouvement qui « pénaliserait les Français. »

C’est le blocage du pays qu’ils craignent : c’est cette perspective qu’il faut construire ! Or, force est de constater que la position des directions syndicales sur la perspective à construire reste encore flou. Si Philippe Martinez expliquait le 10 janvier souhaiter que « le maximum de salariés soit en grève le 19, et ceux qui le souhaitent le jour suivant », la question de la reconduction reste introuvable dans le discours de l’intersyndicale. Pourtant, comme les raffineurs l’ont montré lors de leur combat pour les salaires et, avant eux, les travailleurs de la RATP en 2019, seul un mouvement reconductible est à même de créer un rapport de forces à la hauteur de la détermination du gouvernement.

Cet enjeu commence à être soulevé par des secteurs stratégiques du mouvement ouvrier. Ainsi, les syndicats CGT du pétrole ont appelé jeudi à un plan de grèves crescendo : une grève de 24h le 19 janvier, de 48h à partir du 26 janvier, de 72h à partir du 6 février qui permette de construire une grève reconductible. Une annonce qui a suffi à polariser les principaux médias et à obliger le gouvernement à s’exprimer pour dénoncer cette possibilité. Il faut se saisir de ce point d’appui pour généraliser cette perspective.

Canal Telegram : @revolution_permanente

Cependant, pour la réaliser, il faut que les travailleurs puissent s’emparer de leur grève et discuter, par en bas et à chaque étape du mouvement, des suites à donner. Cela ne se fera pas sans généraliser, dès le 19 janvier, les assemblées générales sur l’ensemble des lieux de travail pour discuter du plan de bataille et le construire dans la durée. Sans cette auto-organisation, le calendrier crescendo risque de se transformer en une grève perlée, sans jouer son rôle de tremplin vers la reconductible.

Par ailleurs, s’il faut construire une grève reconductible, celle-ci doit s’étendre à l’ensemble du monde du travail et ne surtout pas rester cantonnée à une poignée de secteurs. En 2019, la RATP et la SNCF ont été les locomotives du mouvement, mais ont souffert de leur isolement dans la reconductible. En octobre 2010, le départ en grève reconductible de différents secteurs stratégiques tels que la pétrochimie ou la SNCF ne s’est pas accompagné d’une extension de la grève pour construire un mouvement d’ensemble, ce qui a permis au gouvernement de briser le mouvement avec l’aide des bureaucraties syndicales.

D’ores et déjà, les syndicats du pétrole expliquent directement refuser de s’engager dans une « grève par procuration ». Mais pour empêcher une telle perspective, il faut que les secteurs qui commencent à se poser à l’avant-garde du mouvement s’adresse à l’ensemble du monde du travail, y compris ses franges les plus précaires, et le convainque de s’engager à ses côtés. Pour cela, il faut un programme qui donne envie de se battre, y compris aux précaires qui touchent déjà des retraites de misère et sont contraints de partir à 65, 66 ou 67 ans, en défendant par exemple la retraite à 60 ans pour toutes et tous et à 55 ans pour l’ensemble des métiers pénibles, des transports au nettoyage en passant par la logistique. Dans le même temps, il faut déployer des outils qui permettront de donner confiance à notre classe, à commencer par les caisses de grève, essentielles pour tenir dans la durée.

Tous ces éléments doivent être au cœur des discussions sur la préparation du 19 janvier. Cette première étape de la bataille doit être massive, et permettre de commencer à construire un plan pour poser les bases d’une grève dure et reconductible, en commençant par des journées reconductibles de 48 ou 72h. Mais ce plan de bataille n’aboutira que couplé à un effort d’organiser les couches les plus larges de notre classe, à travers un programme offensif sur les retraites et pour des augmentations de salaires, et une mobilisation active des travailleuses et travailleurs.


Facebook Twitter
Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine

Appel à « dégager » Urgence Palestine : un texte policier contre les soutiens de la Palestine


Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l'UNRWA et acte son soutien au génocide

Marseille. La mairie vote la suspension des aides à l’UNRWA et acte son soutien au génocide

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l'AfD qui appelle à la « remigration »

Avant de salir Manouchian, Le Pen déjeunait avec l’AfD qui appelle à la « remigration »

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Réforme du logement social : une nouvelle offensive anti-pauvres

Près de 700 millions d'euros retirés à l'Education : en plus du tri social, l'austérité

Près de 700 millions d’euros retirés à l’Education : en plus du tri social, l’austérité

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l'aide humanitaire vers Gaza !

Non au jumelage de Bordeaux avec Ashdod, ville israélienne qui bloque l’aide humanitaire vers Gaza !

10 milliards d'euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l'écologie, le travail et l'éducation

10 milliards d’euros de coupes budgétaires : Le Maire saigne l’écologie, le travail et l’éducation