×

Macron complice

La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d’Erdogan 

Mehemet Kopa, militant kurde qui résidait en France, a été expulsé vers la Turquie mardi. Le lendemain, il était exhibé sur les chaînes de TV turques, menotté, tel un butin de guerre.

Anouk Warnier

11 avril

Facebook Twitter
La France expulse un militant kurde en Turquie et le livre au régime d'Erdogan

Crédit photo : capture d’écran Twitter

Mardi 9 avril, Mehmet Kopal, militant kurde soumis à une OQTF a été expulsé par l’État Français vers la Turquie. Le lendemain, il est apparu sur les plateaux de TV turques, menotté avec un drapeau de la Turquie en arrière-plan, tel un butin de guerre. Une façon pour Erdogan de revendiquer l’arrestation du militant kurde, livrée par la France en toute connaissance des risques répressifs qu’il encourait. C’est le deuxième militant kurde expulsé en moins de deux semaines - Firaz Korkmaz ayant lui aussi été récemment remis à la Turquie.

Une politique de complicité avec le régime de terreur turque, que la loi immigration adoptée il y a quelques mois vient renforcer. C’est ce que dénonce le Conseil Démocratique Kurde en France dans un communiqué publié mercredi : « Ces pratiques, incluant le retrait de statuts, le gel des avoirs, et les nombreuses expulsions, constituent un acharnement déplorable et laissent une tache indélébile dans l’histoire de la France ».

Le Conseil Démocratique Kurde en France avait déjà dénoncé la collaboration directe de l’État Français avec Erdogan lors de l’expulsion de Firaz Korkmaz en mars dernier, en organisant une manifestation à l’aéroport de Roissy pour tenter d’empêcher l’envoi du militant vers les geôles turques.

Mais la complicité du gouvernement français dans la répression de militants politiques ne se limite pas à la Turquie. En décembre 2023, Darmanin a par exemple outrepassé la décision du Conseil d’État et de la Cour européenne des Droits de l’Homme pour expulser un ressortissant Ouzbek, menacé de mort et de torture dans son pays d’origine. Le ministre de l’Intérieur avait déclaré à l’époque : « Nous allons tout organiser pour qu’il ne puisse pas revenir. On peut quand même s’en réjouir ! ». De même, en décembre 2020, la France expulsait vers la Russie Daoud Muradov, un demandeur d’asile tchéchène. Incarcéré dans la prison de Grozny, où il perdra la vie en 2022.

Cette expulsion s’inscrit dans la continuité des expulsions de militants kurdes, accordée par les impérialistes occidentaux à Erdogan pour permettre à la Suède de rentrer dans l’OTAN. Alors que Macron veut s’ériger en grand défenseur de la « démocratie » face à Erdogan, l’expulsion de Mehemet Kopa vient tristement rappeler que les intérêts des deux chefs d’États convergent lorsqu’il s’agit d’opprimer les peuples.


Facebook Twitter
« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Point de situation. Où en est l'offensive génocidaire d'Israël à Rafah ?

Point de situation. Où en est l’offensive génocidaire d’Israël à Rafah ?

Kanaky : malgré la fin de l'état d'urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Kanaky : malgré la fin de l’état d’urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l'horreur du génocide

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l’horreur du génocide

Bombardements d'un autre camp de réfugiés à Rafah : l'horreur génocidaire continue

Bombardements d’un autre camp de réfugiés à Rafah : l’horreur génocidaire continue

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations