×

Militarisme

Restructuration de l’armée, hausse du budget militaire… l’Allemagne se prépare à la guerre

Pour les 75 ans de l’OTAN, l'Allemagne a annoncé un plan de réorganisation de son armée. Toutes les réformes en cours visent à préparer la Bundeswehr à intervenir directement dans les conflits sur toute la planète.

Eugénie Tobhnom

11 avril

Facebook Twitter
Restructuration de l'armée, hausse du budget militaire… l'Allemagne se prépare à la guerre

Le 4 avril, le ministre de la Défense allemand, Boris Pistorius, a annoncé son projet de réorganisation de la Bundeswehr. Dans la lignée du « changement d’époque » annoncé par le chancelier Olaf Scholz en 2022, l’Allemagne se prépare à intervenir dans des conflits de haute intensité et souhaite disposer d’une armée à la hauteur de sa puissance industrielle.

Boris Pistorius a ainsi annoncé une réforme du commandement, visant à regrouper en un « commandement opérationnel unique » les commandements des opérations intérieures et extérieures, jusqu’ici divisés en deux administrations et deux sièges (l’un à Berlin, l’autre à Potsdam). Ce que le ministre présente comme une politique de rationalisation pour faciliter l’articulation de l’armée avec les Länder et les partenaires internationaux comme l’OTAN, exprime la volonté de la bourgeoisie allemande d’articuler toutes les capacités de la société pour bâtir une armée capable de se projeter et de défendre les intérêts des capitalistes allemands sur toute la planète. Ainsi, la marine allemande se prépare pour l’été à des exercices conjoints avec ses alliés dans le Pacifique, une menace non-dissimulée envers la Chine et pour assurer la domination sur les routes maritimes.

Cette réforme comprend également la création d’une nouvelle force armée, en plus de l’armée de terre, de l’armée de l’air et de la marine. Cette nouvelle force « cyber-espace et information », pour laquelle la France dispose d’un commandement spécialisé, souligne l’importance que les puissances impérialistes accordent au verrouillage et au contrôle de l’information dans la préparation des conflits à venir. A court terme, il s’agit aussi pour le gouvernement allemand de rattraper les bourdes qui ont conduit à l’interception de plusieurs échanges de hauts gradés de l’armée allemandes par les services d’espionnage russes.

Mais pour accompagner ces réformes organisationnelles, Boris Pistorius veut débloquer des moyens colossaux. Alors que le fonds spécial de 100 milliards d’euros débloqué en février 2022 est déjà consommé, Boris Pistorius pousse pour investir massivement dans l’armée. Selon lui, la règle des 2% de PIB est une « limite basse ». Certains évoquent ainsi la possibilité pour l’Allemagne de consacrer jusqu’à 3,5% de son PIB dans la Défense, soit autour de 150 milliards d’euros !

Alors que l’Allemagne est entrée en récession en 2023, les capitalistes comptent d’un côté relancer l’économie par la course à l’armement et les commandes publiques au complexe militaro-industriel. Mais pour trouver ces milliards, c’est une véritable cure austéritaire qui est prévue pour les services publics. Comme en France, marche à la guerre et austérité sont les deux faces d’une même pièce.

De l’école aux hôpitaux, militarisation de la société

La santé et l’éducation sont en première ligne face à la militarisation de la société. La ministre de l’Education a déjà fait savoir qu’elle comptait renforcer les liens entre l’école et l’armée, notamment en organisant des visites régulières d’officiers dans les classes chargés d’embrigader les jeunes. Dans les universités, les limitations existantes pour que la recherche ne soit pas mise au service de l’armée sont en passe d’être levées. Le ministre de la Santé Karl Lauterbach (SPD) prépare lui le système de santé à se mettre en ordre de bataille pour la guerre tandis que les services essentiels pour la population sont fermés les uns après les autres, victimes des restructurations austéritaires.

C’est également en prévision des guerres à mener par l’impérialisme allemand que de nombreux politiciens se sont exprimés contre la grève des cheminots allemands, qui ont récemment obtenu une réduction du temps de travail, en menaçant de restreindre encore davantage le droit de grève.

Mais l’armée allemande, malgré les campagnes de pub et de recrutement agressives qu’elle met en œuvre pour embrigader la jeunesse et militariser l’opinion, fait encore face à des difficultés de recrutement. En 2018, le ministère de la Défense, dirigé par Ursula von der Leyen, prévoyait de faire passer le nombre de soldats de 180.000 à plus de 200.000. Or, le nombre de soldats n’a pas évolué. Face au peu d’envie de la jeunesse de servir les capitalistes allemands les armes à la main, le ministre de la Défense envisage ouvertement de réintroduire le service militaire.

Cette militarisation et course à la guerre, ne fait pas exception en Allemagne. Depuis l’arrivée de la guerre en Europe le débat et les préoccupations de la bourgeoisie se sont tournés vers la barbarie. Pour elle, il semble inévitable d’aller vers une guerre et mène aujourd’hui une bataille pour qu’on en paye le prix. Il est plus qu’urgent de s’organiser contre ces guerres, qui ne sont pas les nôtres et ne servent que les intérêts de la bourgeoisie, loin de se soucier du sort des populations en guerre.


Facebook Twitter
« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

« Zone de libre échange Gaza-Arish-Sderot » : Netanyahou dévoile un plan de recolonisation de Gaza

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Bombardements à Rafah : ceci est un génocide

Point de situation. Où en est l'offensive génocidaire d'Israël à Rafah ?

Point de situation. Où en est l’offensive génocidaire d’Israël à Rafah ?

Kanaky : malgré la fin de l'état d'urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Kanaky : malgré la fin de l’état d’urgence, la répression policière sanglante se poursuit

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l'horreur du génocide

Massacre à Rafah : des manifestations partout dans le monde pour dénoncer l’horreur du génocide

Bombardements d'un autre camp de réfugiés à Rafah : l'horreur génocidaire continue

Bombardements d’un autre camp de réfugiés à Rafah : l’horreur génocidaire continue

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l'Iran sur le dos du peuple palestinien

États-Unis - Arabie-Saoudite : un accord pour contrer l’Iran sur le dos du peuple palestinien

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations

Génocide à Rafah : le mouvement ouvrier a un rôle central à jouer pour renforcer les mobilisations